Visiteurs: 1127834
Aujourd'hui: 321
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Arènes de Vic Fezensac, novillada de la journée Vino y toros
6 novillos de Dolorès Aguirre très bien présentés, exigeants mais offrant des possibilités pour
Manolo Vanegas : une oreille, salut au tiers
Juan de Castilla : salut au tiers, un avis et salut au tiers
Gerardo Rivera : silence, silence
Vingt piques une chute,
cuadra Bonijol
David Adalid et Jimenez Escudero saluent au troisième puis Manuel Linejo et José Gomez au quatrième
Président : Thomas Thuriez
Un tiers d’arène
Ciel couvert et menaçant, deux gouttes de pluie à l’issue du paseo
Durée de la novillada : 2h45
Très intéressant après-midi de toros car vu la présentation et le sérieux du lot de Dolorès Aguirre, il est difficile de parler de novillos. Très Atanasio dans la présentation, ils ont des comportements variés, parfois complexes mais à part le dernier très manso, ils ont tous offert des possibilités aux toreros.
Ils ont pris un total de vingt vraies piques, la plupart poussant en mettant les reins.
Les deux premiers ont été braves et nobles Le troisième, exigeant, a été mal exploité. Le sixième, hyper manso avisé, était trop compliqué pour un novillero.
Les quatrième et cinquième ont été un ton en dessous. Aucun signe de faiblesse et quasiment tous les toros sont morts au centre de la piste.
Manolo Vanegas a su tirer profit de l’excellent novillo sorti en premier. Brave au cheval, il vient avec noblesse et alegria à la muleta sans jamais se poser en victime expiatoire. La faena est appliquée. Grâce au Dolorès et au poder du jeune novillero, elle transmet une réelle émotion. Le torero coupe ce qui sera la seule oreille de l’après-midi.
Le quatrième se décompose très rapidement et le vénézuélien insiste trop. Il se contente de saluer après une épée entière mais trasera et tombée.
Juan de Castilla comprend un peu tard qu’il faut citer le bon second de loin. Toréant de trop près, il se fait dominer par le toro. En prenant de la distance, sur les dernières séries, le colombien réalise deux bonnes séries, une à droite et une à gauche. Mais c’est un peu tard pour bien mettre en évidence les réelles qualités du Dolorès. Appliqué mais manquant d’autorité, il ne pèsera pas assez sur le cinquième, moins clair que les précédents. Comme à son habitude, De Castilla, tue mal et doit se contenter de saluer au tiers à son second.
Gerardo Rivera ne saura pas s’imposer au manso con casta sorti en troisième position. Il en accentuera les défauts tout en passant à côté de ses qualités. Il ne pourra pas faire grand-chose au manso et dangereux sixième qu’il expédiera quasi sans faena.

Ovation de despedida très respectueuse aux trois jeunes toreros qui ont affronté des novillos toros tels que les aficionados aimeraient en voir plus souvent
rt





corridasi sur ComBoost


photos Matthieu Saubion



pierre Le: 19/09/16
NIMES DIMANCHE BARGAS, OREILLE POUR JUAN BAUTISTA