Visiteurs: 1138459
Aujourd'hui: 279
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Dax, Toros y Salsa : première corrida du cycle
5 toros de Fuente Ymbro et un sobrero de José Cruz (3 bis), remplaçant le titulaire complètement invalide, Tous les toros, ont manqué de force, de caste pour
Diego Urdialès : un avis et silence, silence
Yvan Fandiño : une oreille, salut au tiers
Pepe Moral : silence, silence
Salut d’Yvan Garcia après avoir banderillé le cinquième
12 piques et picotazos (surtout des picotazos)
Cavalerie Bonijol
Poids moyens des toros : 510 kg
7/10ème d’arènes
Chaud soleil estival

Les Fuente Ymbro de Dax confirment que la ganaderia est en train de s’enfoncer dans un bache dont elle aura du mal à sortir. Moyennement présentés, ils se sont souvent décomposés ou éteints dès la quatrième série. Seul le second a tenu un peu plus longtemps. Souvent sosos, ils ont transmis autant d’émotion qu’un récitant énumérant le bottin parisien.
Diego Urdialès n’a pas pu tirer grand-chose d’un premier soso, attiré par les planches et peu intéressé par la muleta. Son second n’est pas plus motivé que le torero et la faena va très vite à menos. Après-midi sans gloire, ni peine pour un torero qui a en plus fait preuve d’une très grande prudence à l’épée.
Yvan Fandiño était lui très motivé. Il avait envie de triompher. Son premier est plutôt noble et répond bien au cite avec la muleta. La faena du basque est bien construite, allurée mais malheureusement tout est fait sur le voyage puis fuera de cacho quand le toro baisse de ton. Il coupe une oreille. Franck Lanati, dans sa grande sagesse, résiste à la pétition de la seconde demandée par une partie du public probablement émue par la voltereta impressionnant du torero, subie en entrant à matar.
Son second est moins bon. La faena est elle moins spectaculaire mais plus sincère. Le basque se croise, toréé sans perdre un pouce de terrain face à un toro qui faut obliger. La fin de faena est élégante et émotionnant, le torero se faisant durement secouer en citant pour une manoletina. Malheureusement, l’épée entière est atravesada et Fandiño doit se contenter de saluer.
Pas grand-chose à retenir d’un Pepe Moral qui ne se croise pas, toréé sur le pico et passe à côté des quelques possibilités de son second.
RT



pierre Le: 10/09/16
YEPES, DEUX OREILLES POUR MICHELITO Arles : géniale corrida goyesque