Visiteurs: 1139860
Aujourd'hui: 226
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Plaza de toros de Illumbe, San Sebastián. Mardi. dernière de la Semana Grande. Corrida de toros. Lleno de no hay billetes.

Six toros de Juan Pedro Domecq, le premier comme sobrero. L'ensemble bien présenté, dans le type et armé comme il se doit. 1er, 2ème, 3ème, 4ème faibles et sosos; 5ème et 6ème braves et nobles; le dernier le plus solide avec de la transmission, applaudi à l'arrastre.

Enrique Ponce, silence et silence après avis.
José María Manzanares, ovation et oreille.
Alberto López Simón, silence et deux oreilles.

Salut du banderillero "Suso" au cinquième.



Sainte Rita c'est la patronne des causes perdues. Dans le monde des toros le culte a son grand-prêtre Enrique Ponce suivis d'une cohorte de bigots: sectateurs obstinés, parfois sectaires. Il est vrai qu' Enrique a souvent retourné des situations désespérées. C'est en quelque sorte la providence des empresas. Hier toute son habileté ne pouvait masquer la faiblesse et l'inanité des Domecq; son premier finissant sur trois pattes. Comme quoi les grands prêtres ne sont pas tous prophètes. Le calvaire cessa au cinquième toro quand tout le monde baillait à se décrocher les mâchoires; 5 (4+1) Juan Pedro ça fait long quand ils s'agenouillent sans cesse sous la muleta des officiants ou se prosternent sous la pique...

Mais il n'y a que les hommes de peu de foi qui ne croient pas au miracle. Le cinquième s'avéra plus solide et Manzanares sans se salir le costume put lui servir des séries plus élégantes que profondes mais, disons, parfois lentes, données par le bas quand c'était possible. Un estoconazo à recibir et une oreille pour réveiller les fidèles qui n'y croyait plus. Pas de quoi grimper au rideaux non plus...

Et sainte Rita fit un second miracle, pour de bon cette fois et c'est le jeune officiant, Lopez Simon, qui échut de cet ultime et bon Juan Pedro -il y en a! Et miracle dans le miracle, Alberto comprit parfaitement le cadeau que le ciel lui faisait. Il sut le garder dans les plis de sa muleta. Il eut des gestes doux et même il sut donner une note artistique à un ouvrage terminée par une épée approximative mais d'effet immédiat. Deux oreilles ça peut sembler beaucoup mais elles valent bien celles de Juli l'avant-veille.

Deux oreilles qui compteront dans la carrière du jeune Lopez Simon. Le miracle de Sainte Rita qui vient fort à propos pour un final positif d'une bonne féria avec des choses intéressantes tous les jours et surtout des gradins pleins ce qui va permettre d'envisager l'avenir de la corrida avec optimisme à Donostia; bien que, nous dit-on, cela ne soit pas gagné...

PV

pierre Le: 17/08/16
JOURNEE PEDAGOGIQUE AVEC NO HAY BILLETES