Visiteurs: 1128589
Aujourd'hui: 252
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



La venue de José Tomas à Saint Sébastien est un coup de maître de l’empresa Chopera. Grâce à ce coup de poker, les quatre corridas de l’abono sont vendues et il y aura quatre Llenos de no hay billetes soit près de 50 000 spectateurs avec tout ce que ça induit comme retombées économiques. Cette pluie de richesse sur la Concha dans un moment de crise économique devrait marginaliser les extrémistes basques qui demandent toujours un référendum municipal sur l'interdiction des corridas à Donostia. Le référendum sera-t-il maintenu ? Quel sera son résultat ? L’argument économique est un atout majeur dans la poche des Chopera. Il est porteur d’espoir car, ne l’oublions jamais, Ilumbe est la seule arène importante au monde qui ait rouvert ses portes quand d’autres les fermaient. Un miracle pour nous taurins... il aura inversé le cours des choses.



Le succès économique –lleno à la Monumental de Mexico, toutes les corridas d’abono vendues à Jerez, Alicante et Huelva- s’appuie d’abord sur la rareté des apparitions du Madrilène mais aussi sur la qualité de son toreo -il n’y a pas de miracles dans le spectacle. Le concept de Tomas basé sur une entrega fascine d’emblée tout aficionado qui ne baigne pas dans le préjugé. Son toreo a gagné en fluidité là où il était autrefois basé sur un tragique parfois excessif. Moins de pathétisme plus de naturel... Bref, comme le notent beaucoup de commentateurs ce José Tomas là est encore au-dessus de ce qu’il a pu être avant sa terrible blessure d’Aguascalientes.

Il y a, nous dira-t-on, l’opposition choisie avec une attention facilitée par la rareté de ses sorties. Il faut observer que jusqu’à maintenant José Tomas ne s’est présenté que dans des arènes de troisième catégorie avec un toro correspondant à ces critères. Critères rappelés récemment au Puerto de Santa Maria par Morante. Il y a deux donc, entre ces deux génies, une concordance ; celle du bon sens. Nous verrons et c’est là que le rendez-vous d’Illumbe est passionnant si Tomas s’impose face au toro de première catégorie comme l'exigent ces arènes où on ne plaisante pas avec le règlement.

Enfin, les stars sont enviées et les polémiques les encerclent. Mal venue est la campagne de dénigrement actuelle de José Tomas –ce n’est pas la première. Les ultras du poncisme qui toujours en eurent après le madrilène se perdent dans de ridicules assertions concernant la présence de leur gourou à Valladolid. Ce n’est pas l’heure. L’heure est à l’unité. Grand, Ponce l’est et il n’a besoin de rien ni personne pour le prouver. Il ne va pas à Valladolid: il aura son moment à Bilbao... tant mieux et nous en serons. Seulement lui, on ne l’attend pas comme on attend Tomas : c’est toute la différence…
PV

pierre Le: 10/08/16
HUESCA, NOUVEAU SUCCES DE LOPEZ SIMON GIJON, LUIS DAVID ADAME POURSUIT SA MARCHE EN AVANT