Visiteurs: 1127977
Aujourd'hui: 98
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Tulio Slaguero dimanche dernier à Madrid



Simon Casas a compris les ressorts de la communication - il est bien le seul dans le milieu taurin- et cette vérité : si on veut se faire entendre, il faut taper fort. Ainsi après la blessure de Pablo Belando, interrogé par http://www.mundotoro.com/ , il vient de déclarer: "les novilladas de Madrid frôlent le concept de crime contre l'humanité". En voilà un qui n'a pas peur d'appeler un chat un chat et en prime il a le sens de la formule.



Dimanche dernier deux des trois novilleros qui ont défilé à Las Ventas ont été blessés grièvement et que l'on ne connaît toujours pas l'issue de la blessure de Pablo Belando, en vie "miraculeusement" selon les médecins, après un triple coup de corne. Les trois novilleros débutaient devant une novillada dont le poids moyen frôlait les 500 kilos, terriblement armée et qui s'est avérée difficile. On exige autant et parfois plus à Madrid à un novillero débutant qu'à un matador confirmé dans une arène de troisième ou de seconde catégories, c'est à dire la majorité d'entre celles de France et d'Espagne.

Il y a eu plus de blessures (11 dont 2 très graves) que d'oreilles coupées (9) dans le cycle de novilladas madrilènes. Cela montre la détermination des jeunes gens et c'est très bien. Il y a de vraies vocations et un courage admirable chez ces jeunes. Mais sont-ils préparés suffisamment avant l'épreuve ? La plupart cherchent un succès dans la capitale qui les projettera dans un avenir meilleur avec de nombreux contrats à la clé. On sait que souvent ça n'est pas vrai et que ces succès tournent court. Julian Maestro qui a coupé une oreille dimanche le dit : "Soyons honnêtes, il y a quelques années de couper une oreille à Madrid servait presque pour faire le tour de l'Espagne; aujourd'hui cela sert seulement pour revenir à Madrid; pour le moment pas un seul appel pour nous offrir des contrats".

Avant que n'arrive une catastrophe qui nous affecterait tous, la sagesse voudrait que l'épreuve madrilène soient une sorte de confirmation avant le grand saut vers l'alternative, comme ce fut le cas dans le passé; "l'autorité" à l'origine de ces exagérations devrait désormais se montrer raisonnable. Ecoutons Casas: "nous nous trouvons devant des faits indignes de la condition humaine, on abuse de la faiblesse du faible en échange d'honoraires -le minimum syndical-, qui ne laisse même pas de quoi s'acheter un sandwich, cela va contre de l'intérêt général de la Fiesta -qui a besoin d'un chemin d'apprentissage pour les novilleros- et tout ça avec les résultats que l'on sait: plus de sang que de triomphes".

La conclusion de Casas nous la partageons à 100% : "ce n'est pas la faute de l'empresa de Madrid, c'est la faute de tout le secteur taurin qui jamais n'a été capable de penser son avenir et par conséquent l'avenir de la Fiesta à notre époque".
PV

pierre Le: 27/07/16
LES RASO DEL PORTILLO SONT A HAGETMAU L'aficion de demain se prépare à Mont de Marsan