Visiteurs: 1126915
Aujourd'hui: 147
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Arènes de Mont de Marsan, quatrième corrida des Fêtes de la Madeleine 2016
6 toros de Cebada Gago, bien présentés, bravitos au cheval mais manquant, sauf le troisième, de race pour
Rafaelillo : silence, silence
Curro Diaz : salut, silence
Perez Motta : sifflets, un avis et silence
Salut au troisième des banderilleros.
Salut du picador Rafael Esquive au quatrième
Ovation et salut du picador Francisco Vallejo au sixième
Lleno
Durée de la corrida : deux heures
Décevante corrida de Cebada Gago, les toros ,bien présentés et armés, ont manqué de fond.
Bravitos au cheval ,ils se sont éteints ou compliqués au troisième tiers. Seul le troisième, manso au cheval, offrait par sa noblesse et sa mobilité des possibilités que n'a pas été capable d'exploiter Perez Motta.
Deux piqueros ont salué , seul Francisco Vallejo très torero face à un toro manso et fort, le méritait.
Comme Castaño ,Rafaelillo utilise son piquero , Esquivel, pour donner du relief à des prestations très quelconques. Il applique systématiquement le même schéma lors de ses faenas . Il est brouillon, donne des défauts ainsi aux toros et joue sur un registre trémendiste pour sauver la mise à chaque faena.
Les deux toros de Curro Diaz étaient tardo, n'avaient pas de charge . Tout ce qu'il faut pour que le torero de Linares passe une après-midi sans peine ni gloire.
Perez Motta est passé à côté d'un bon toro et n'a pas su s'imposer face à un manso con casta qui offrait des possibilités . Il a été sifflé en quittant le ruedo.

pierrevidal sur ComBoost


photos Mathieu Saubion


RT



pierre Le: 24/07/16
Vendredi, Castella et Fandino sauvent la corrida du naufrage MONT DE MARSAN LA NOVILLADA