Visiteurs: 1127070
Aujourd'hui: 302
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Arènes de Mont de Marsan : 1ère corrida des Fêtes de la Madeleine
6 toros d’Alcurrucen inégaux de présentation et de comportement pour
El Juli : quelques sifflets, silence
Alberto Lopez Simon : salut au tiers, silence
Andres Roca Rey : deux oreilles, silence
Temps couvert, éclairage artificiel au troisième
9/10ème d’arènes


pierrevidal sur ComBoost


photos Matthieu Saubion



Rien à dire des toros , inégaux de présentation et de comportement, heureusement qu’ils avaient en face d’eux des toreros qui étaient capables d’exploiter la plus petite parcelle de qualité et de gommer leurs défauts.

El Juli a passé une après-midi difficile au Plumaçon. A son premier, on retiendra de bonnes séries à droite. A gauche, le toro est moins clair et le torero reste marginal. Comme d’habitude, il utilise sa technique du julipié mais cette fois le toro fait un écart et l’épée pénètre au niveau des côtes. Au quatrième, piqué au vif par le succès de Roca Rey, El Juli sort le grand jeu pour un très bon quite par chicuelinas très serrées. Faena en deux temps, le torero exploite au début la noblesse du toro pour enchaîner de bonnes séries à droite. Le toro « vire » soso, la faena baisse de ton et les dernières séries sont très profilées. Nouvel échec à la mort, la première épée est même atravesada.

Alberto Lopez Simon a construit deux très belles faenas. Il torée avec élégance. Il court la main avec une très grande classe. Au premier, comme au second ses derechazos ont été les plus belles passes de la corrida. Malheureusement, il a mal tué et a du se contenter d’un salut à son premier.

Roca Rey est le torero en forme du moment. Il prend beaucoup de risque (et est parfois à la limite de l’accrochage). A son premier, il a soulevé l’enthousiasme du public par ses cambiadas serrées, ses séries des deux mains autoritaires qui réussissent à faire passer et à faire durer un toro handicapé au niveau du train arrière (et à faire oublier ce handicap au public). A noter aussi, des passes à la fois risquées et originales que le jeune péruvien distille au fil de son inspiration. Un coup d’épée dans le fameux rincon, lui, permet de couper deux oreilles (une de trop compte tenu de la faiblesse du toro).
Le dernier est un manso décasté qui a fuit le combat dès qu’il s’est senti dominé par le torero.
RT


pierre Le: 22/07/16
Bilbao et les autres férias avec "No Hay Billetes" Jeudi, non piquée de la Madeleine: Casanueva gagne encore