Visiteurs: 1127607
Aujourd'hui: 94
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de Istres. Vendredi. Première de feria. Presque plein.

Toros de Zalduendo, le quatrième comme 1er bis. Nobles et de bon jeu en général. Le quatrième, sobrero du Tajo, de bon jeu
lui aussi.

Juan Bautista, oreille et silence.
Alejandro Talavante, ovation après avis et deux oreilles.
Alberto López Simón, oreille après avis et silence après avis.

Rafael Viotti a salué après avoir banderillé le quatrième. Juan José Trujillo l'avait fait au second.

Une minute d'applaudissements avant le paseo en mémoire du couple de policiers récemment assassiné.

Alexandro Talavante est sorti en triomphe.




Pour l’ouverture, sortie a hombros d’Alejandro Talavante...

4/5 d’arènes, beau temps. Corrida retransmise en direct par Canal+ Toros - Movistar, commentée par Manolo Molés et Manuel Caballero. Six toros de Zalduendo formant un ensemble correct de présentation, monopiqué, inégal de forces, la plupart affichant toutefois une noblesse propice au bon toreo, et un sobrero du Tajo (4) sans grande classe.

A la demande de François Bernardini, maire d’Istres, une minute d’applaudissements a rendu hommage au couple de policiers lâchement assassinés, avant que le baryton Frédéric Cornille n’entonne l’air du toréador de Carmen.



Juan Bautista (oreille et silence) a vu son premier adversaire se rompre le piton droit à la base. Mouchoir vert. Sortit alors celui prévu en second, avec lequel l’Arlésien allait construire, à partir d’une entame suave, un trasteo templé et harmonieusement conduit sur les deux bords avant une entière a recibir. Il eut moins de chance par la suite avec le sobrero de Joselito qui prit une pique trasera avant deux bonnes paires de Rafael Viotti qui salua. Brindis à l’assemblée et face à un opposant manquant de forces, de piquant et d’allant, Jean-Baptiste ne ménagea pas sa peine et après s’être fait désarmer d’emblée, il se reprit bien par un bel effort face à un opposant finissant parado qu’il envoya ad patres d’un coup de canon.



Alejandro Talavante (saluts et deux oreilles) nous offrit un authentique récital à son premier, uniquement gâché par le mauvais maniement de la ferraille. Bonne réception au capote par véroniques, picoton puis quite alluré par chicuelinas, véroniques et demie avant un bon second tercio puis un brindis à l’auditoire. Début au centre par statuaires puis cambio serré, suite templée et stylée avec alternance de muletazos ajustés sur les deux rives. Un désarmé puis bernardinas avant la débâcle, alors que sa faena aurait mérité un tout autre épilogue. « Tala » allait cependant réussir le desquite avec le quinto auquel il administra une faena convenable débutée au centre par un « cartucho de pescao » suivi de naturelles d’école. Par la suite, le toro baissa de ton, mais l’Extremeño changea alors de registre pour faire durer son numéro, finissant au plus près avant entière au second envoi. Compte tenu de la qualité de son premier passage, le public se chauffa jusqu’à demander le second trophée, ceci récompensant peut-être cela... Mais l’essentiel était bien qu’une nouvelle fois, Alejandro venait d’étaler des gestes de toute beauté, grâce notamment à un remarquable poignet gauche.



Alberto López Simón (oreille et silence) brilla au capote avant une puya rectifiée. Début alluré et décidé avec de bons enchainements, notamment droitiers, qui par la suite se muèrent en séance encimista quand le Zalduendo alla a menos. Entière tendida et descabello. Bon capoteo pour recevoir l’ultime, une pique sans style, brindis à la clientèle, deux cambios au centre avant de quitter ses zapatillas. A ce propos, il faudra que certains toreros me disent à quoi elles leur servent, tellement ils ont systématiquement l’air pressé de les enlever !!! La suite par séquences lentes et allurées au son d’Opéra Flamenca avant distances raccourcies et final plus près des cornes, une succession de pinchazos venant hélas définitivement mettre fin à tout espoir de récompense un temps entrevue...

Paul Hermé (texte et photos)

pierre Le: 17/06/16
Novillada à Lunel , le 17 Juillet 2016 AIRE, DIMANCHE