Visiteurs: 1126535
Aujourd'hui: 169
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Sortie a hombros de Roman Perez qui a coupé trois oreilles aux toros des frères Jalabert…

Demi-arène, beau temps avec vent tournant par moments. Sept toros de Jalabert frères corrects de présentation, inégaux de forces et de comportement. Le troisième a été crédité de la vuelta posthume.


Après une minute de silence en hommage à El Pana qui avait toréé dans ces arènes l’an dernier, puis l’interprétation de Carmen par Frédéric Cornille, Tony Martins (vuelta) a ouvert le bal avec un trasteo équestre d’inégale intensité et précision, ne manquant pour autant ni d’enthousiasme, ni de décision. Le rejoneador local a toujours tenté d’imprimer du rythme lors de ses passages. Trois farpas, deux banderilles au quiebro, deux violons et trois courtes avant une rejón tombé.

Uceda Leal (silence aux deux) brilla au capote pour recevoir son premier qui prit une bonne pique avant un brindis au ciel et une entame prometteuse. Mais s’il était noble, son adversaire manquait de puissance à cause de forces limitées, ce qui plomba quelque peu l’impact des séquences proposées par le Madrilène. Et comme en plus il tua mal… Avec son second, Uceda ne put réussir le desquite car après s’être encore fait remarquer au capote sur quelques jolis détails, le bicho accusa un manque de forces qui le contraignit à poser genou à terre à plusieurs reprises. Dans ce cas, l’émotion s’est évaporée, ainsi que les illusions qui allaient avec…


Roman Perez (deux oreilles et oreille) a été le plus en vue de cet après-midi. Avec son premier, le meilleur de l’envoi, qui poussa au cheval avant d’effectuer une vuelta de campana en décomposant les temps, bon second tercio de Marco Leal et José Gomez puis brindis à Thierry Mantoux, son président de peña. La faena prit immédiatement son envol dans la mesure où le Jalabert étala une belle dose de noblesse dont profita Romain pour alterner des séries ajustées sur le bon tempo. Entière caídita. Son second lui facilita moins la tâche, Romain devant davantage puiser dans sa technique et ses recours pour se rendre maitre de la situation, ce qui ne fut pas toujours évident malgré un bel arrimón, le coup de canon final arrangeant bien les choses !

Cayetano Ortiz prit en premier lieu un manso qui s’avéra en outre violent et bien sûr compliqué. Le Biterrois fit front comme il put, tout espoir de succès s’envolant rapidement, compte tenu des piètres conditions du Jalabert. Deux pinchazos avant demie. Avec l’ultime, les choses allaient s’arranger et après un puyazo protesté puis deux bonnes paires, Cayetano fit le maximum pour trouver le bon rythme et ficeler plusieurs tandas certes cuidées, car si l’animal ne manquait pas de noblesse, il était lui aussi limité de forces. Après plusieurs mouvements méritoires, Cayetano alla chercher son oreille au bout de son épée en plongeant une entière d’effet rapide.

pierre Le: 13/06/16
Novillada de Séville Madrid: blessures grave de Guillermo Valencia et très grave de Rafael Serna