Visiteurs: 1127609
Aujourd'hui: 96
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de Las Ventas. Lundi. 25ª de la Feria de San Isidro. Corrida de toros. Presque plein.

Six toros de Adolfo Martín.


Rafael Rubio "Rafaelillo”, palmas et vuelta al ruedo après une forte pétition.


Sebastián Castella, division d'opinions et saluts après une légère pétition.
Manuel Escribano, silence et silence



Avec les toros de Adolfo nous sommes dans un autre univers. Un univers qui disparaît lentement en Europe mais qui résiste au Mexique. Les six exemplaires du jour étaient bien dans le type de ce toro mexicain asaltillados et plus sur la ligne Santa Coloma dans la présentation du dernier. Ensemble impeccable de ce point de vue. Sans doute n'y a-t-il pas eu le grand toro que le ganadero attendait mais plusieurs d'entre eux avaient leurs qualités le second brave, le troisième noble; les deux manquant de transmission; le quatrième, avisé, portait la mort entre la corne. Ce danger visible donna une dimension dramatique à la tarde.

Il fallait être de la trempe de Rafaelillo, de ce bois dont on fait des héros, pour obtenir avec ce quatrième Adolfo, un succès qui aurait du déboucher sur une récompense. A quoi bon l'héroïsme dont fit preuve le Murciano si pour un pinchazo auquel succède un estoconazo on refuse l'oreille ? On me dira que la vuelta fut triomphale mais couper une oreille à Madrid face à un toro aux intentions criminelles dont on tire tout le suc ça n'a pas de prix et nous sommes tristes pour ce grand torero qui certes ne s'inscrit pas dans les canons de la tauromachie -encore que !- mais se la joue sans mégoter...

Castella s'était mis un rude challenge en acceptant cette corrida dans un contexte de désamour avec la partie la plus active de l'arène madrilène. On le vit peu à l'aise face au premier qui pourtant avait de la bonté. La mayonnaise ne prit pas et une partie du 7 le prit à partie. Mais au cinquième, mes amis ! il retourna la situation et de quelle manière... Ce toro à la charge typiquement mexicaine, lente mais basse, il le toréa sur un rythme parfait de la gauche essentiellement. Si on veut comprendre ce que templer veut dire il faut regarder cette faena à la vidéo. Madrid dut se rendre à ce talent et l'ovationna fortement. Sans doute, Sébastien y retrouvera-t-il à nouveau la côte après ce beau moment, très académique, mal payé lui aussi.

Nettement en dessous de ces deux grands maestros, Escribano tenta de faire bonne figure. Il partit à puerta gayola et posa un quiebro por dentro très exposé. De ses trois passages à la San Isidro, il ne ramène rien de notable. Peut-être était-ce un peu beaucoup pour lui. Madrid est un terrible juge de paix.

Bref sans être une grande après-midi car aucun des Adolfos ne rompit vraiment, elle fut entretenue et les aficionados toristas, amateurs d'encaste rares, en auront fait leur miel.
PV



pierre Le: 31/05/16
Café toro Trophée Occitanie