Visiteurs: 1127832
Aujourd'hui: 319
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Ce mardi 17 mai le jeune novillero Renatto Motta, a été blessé mortellement dans les arènes de Malco (Pérou) par le dernier toro de la course. Touché dans le triangle de Scarpa avec un arrachement de l'artère fémorale et de la saphène, le torero a été victime d'une importante hémorragie. La plaza de toros ne disposant pas d'infirmerie et le village de Malco de personnel médical en mesure de procéder à une transfusion, le jeune garçon, âgé de 20 ans, a été évacué en véhicule particulier vers Nazca, avec un seul garrot pour contenir l'hémorragie. Renatto Motta est décédé pendant ce transport .



Cette tragédie endeuille la tauromachie péruvienne aujourd'hui aux sommets avec Andrés Roca Rey et Joaquin Galdos, amis tous les deux de Renatto Motta et qui ont fait part de leur douleur. Renatto qui avait débuté dès sept ans à l'école taurine de Acho était accompagné de professionnels expérimenté, matadors de toros, Emilio Serna et le colombien Gustavo Zuñiga dans un spectacle mixte. Il avait débuté en public à l'age de 18 ans.

Il faut savoir que la tauromachie Péruvienne est, à l'image de cet immense pays, secrète quelque peu anarchique avec sa part de mystères et de drames. Quel bétail y est réellement affronté ? Dans quelles conditions se déroulent ces combats dans les hauts plateaux andins ou dans les plis secrets des bords de la forêt équatorienne ? Comment est réglementé la profession de matador; notamment les passages de la non piquée à la piquée, qui en Europe doivent se faire dans un cadre strict ? Nous ne le savons pas réellement car nous ne connaissons de cette tauromachie que ce qui se passe en Acho, Lima, la capitale, assez éloignée du quotidien des toreros locaux.

Il faut rapprocher ce drame terrible de celui du torero mexicain "El Pana" toujours entre la vie et la mort et définitivement tétraplégique. Un torero de 63 ans qui rêvait de Madrid où on ne lui a jamais ouvert les portes, un jeune homme de 20 ans qui voulait à l'instar d'Andres et de Joaquin marcher sur les sentiers de la gloire... La mort d'un torero même inconnu, même venu d'une terre lointaine c'est toujours un arrachement, une ombre sur notre passion, comme un membre de la famille qui disparaît, quelqu'un qui nous est proche et dont le deuil s'impose.

A sa famille, à ses amis, à la grande famille de la tauromachie péruvienne que nous avons eu le bonheur d'approcher nos plus sincères condoléances.
PV
www.corridasi

pierre Le: 19/05/16
Présentation cartel Mimizan ORTHEZ, ANNULATION DE TOROS Y PENAS DIMANCHE