Visiteurs: 1128700
Aujourd'hui: 363
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Nimes. Quatrième de la Feria de Pentecostés. Corrida matinale. Près de trois quart d'arène.
Toros de Zalduendo, le second comme sobrero.
Morante de la Puebla, silence et bronca
David Mora, oreille et ovation
Ginés Marín, qui prenait l'alternative, oreille après deux avis et saluts.
Le trio a salué à la fin du paseo.




Triomphe de López Simón qui est sorti a hombros par la porte des cuadrillas…
Dimanche matin. Devant une grosse demi-arène et par beau temps avec toutefois une brise gênante, ont été lidiés des toros de Zalduendo correctement présentés, piqués avec précautions, justes de forces la plupart, donnant un jeu varié à la muleta. Le second a été remplacé par un sobrero du même fer.
Morante de la Puebla (silence et sifflets) est venu expédier les affaires courantes, faute d’avoir trouvé un adversaire dont le potentiel se serait adapté à son toreo. Un jour sans, avec trois pinceladas… y nada más. Son premier s’avéra invalide et a été remplacé par un exemplaire de la même maison face auquel il adopta le programme minimum, à savoir rien au capote, un tercio de piques pour la forme et sans ganas à la muleta où le vent n’arrangea pas les choses. Faena de aliño et entière caída au second envoi. Avec le quatrième, un secteur du public le prit à partie par dérision, acclamant les lances d’un banderillero pour essayer de le piquer au vif. Réplique par chicuelinas marchées pour un premier assaut poussé et un second en simulacre. Bon quite de Mora par chicuelinas puis doblones suaves qui finalement ont constitué le corps d’une non faena conclue illico presto par trois quarts de lame en passant par la Grande Bourse !

Sympathique retour de David Mora (oreille et saluts) qu’on crut un temps perdu pour le toreo. Belle réception de son premier par capotazos allurés avant deux rencontres puis un excellent quite par gaoneras, Ángel Otero et José María Tejero saluant ensuite au second tercio. Brindis au conclave, deux cambios au centre suivis de derechazos qui transmirent sur les étagères et firent sonner la banda. David poursuivit par séries ajustées, exécutées avec autant d’aguante que d’entrega, le tout étant conclu par quasi entière. Avec le quinto, encore superbe capoteo de réception, deux piques sans histoire puis bon quite au centre par chicuelinas sincères avant d’aller brinder à la doyenne de Nîmes, un geste bien reçu par le public. Entame volontaire pour un trasteo qui le vit faire un bel effort face à un opposant compliqué. Sans pouvoir totalement s’imposer, l’une des satisfactions de cette course aura bien été de le revoir dans d’aussi bonnes dispositions, autant morales qu’artistiques…

Venu prendre l’alternative, Ginés Marín (oreille et saluts) accueillit son premier avec une certaine allure avant une vuelta de campana et un bon quite par chicuelinas entre les deux rencontres. Au second tercio, belle prestation de Javier Ambel sur deux paires, puis remise des trastos avant un brindis au picador Guillermo Marín… qui n’est autre que son père ! Début par le haut puis séquences harmonieuses sur les deux bords, avec verticalité et relâchement, le bicho finissant amorcillado après entière.

Avec l’ultime, juste de forces et piqué en deux fois parce que c’est écrit dans le règlement, il exécuta une faena opiniâtre brindée à l’assemblée dans laquelle il ne voulut rien lâcher, même s’il fit le boulot tout seul. Las, un échec avec la ferraille est venu contrarier ses plans, mais au final, le Jerezano laissa une impression somme toute favorable…
Paul Hermé

pierre Le: 15/05/16
MADRID, SAMEDI MADRID, GROSSE DECEPTION