Visiteurs: 1125953
Aujourd'hui: 85
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Nimes. Samedi. Seconde de la Feria de Pentecôte. Corrida matinale. Deux tiers.
Toros de Torrealta.
Enrique Ponce, ovation après avis et silence
Juan Bautista, deux oreilles et deux oreilles
José Garrido, qui confirmait l'alternative, ovación après avis et silence



Sortie a hombros par la Porte des Consuls pour Juan Bautista le matin et pour El Juli l’après-midi…
Matin. Ciel changeant avec soleil et vent gênant, environ deux tiers d’arène. Six toros de Torrealta corrects de présentation, donnant un jeu inégal, meilleurs les 3 et 5.
ep14w
Enrique Ponce (saluts et silence) a été invité à saluer à l’issue du paseo, ce qu’il a fait volontiers en faisant partager l’hommage à ses deux compañeros. Son premier, un superbe burraco, a pris un premier puyazo poussé puis un autre plus léger. A la muleta, son opposant ne lui offrit pas une opposition susceptible de donner du relief aux échanges, le maestro de Chiva restant toutefois très digne près du toril dans le corte professionnel qui le caractérise. Entière. Son second poussa sur le premier assaut avant une deuxième rencontre protestée pour carioca. Ensuite, il fut une vuelta de campana dès le second doblón, ce qui n’arrangea rien, pas plus que les rafales qui obligèrent Enrique à chercher un terrain propice… qu’il ne trouva jamais ! Et quand sa quête du terrain idéal fut interrompue par les sifflets de quelques excités, Ponce alla chercher l’épée pour placer une demie concluante.

Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles) fut le plus en vue de cette matinée, exécutant d’excellents capotazos pour recevoir son premier qui prit deux bonnes piques. Avec la flanelle, l’Arlésien traça des séries de bon goût sur les deux rives au cours d’un labeur techniquement bien léché, conclu par un coup de canon a recibir. Le quinto, reçu par larga, prit deux piques, la première en cabécéant et la deuxième pour faire le compte. Jean-Baptiste se saisit alors des palos pour satisfaire une demande du public et se fit ovationner, notamment pour une deuxième paire au quiebro et une troisième au violon. Brindis à l’assemblée puis bonne entame droitière avec pechos redoublés, Bautista enchainant par la suite des séquences allurées curieusement accompagnées sur un rythme quelque peu décalé… De la belle ouvrage une nouvelle fois ponctuée par un estocodón a recibir qui libéra deux autres appendices.

Une belle performance pour Jean-Baptiste, après celle de Las Ventas… et avec le même costume !

José Garrido (saluts et silence) est venu confirmer son alternative et a mis le paquet d’emblée avec une réception de son premier client par véroniques arrodilladas rematées par larga, le tout finissant par un accrochage sans mal. Après un premier puyazo, bon quite par chicuelinas puis seconde pique en simulacre. Ensuite, échange des trastos puis début alluré sur les deux bords avant que le bicho ne s’éteigne peu à peu, Garrido ne voulant pas lâcher l’affaire et insistant sur un final encimista achevé par bernardinas des deux côtés puis entière au quatrième envoi. L’ultime prit deux piques, la seconde en mode « ça ou rien, c’est kif kif… », puis désarmé en début de faena, José se reprenant bien pour distiller de bons redondos avec une volonté concrétisée par des séquences dynamiques et parfois allurées. Entière après pinchazo.

Paul Hermé

pierre Le: 14/05/16
Madrid, vendredi NIMES, LE SOIR: EL JULI FAIT LE PLEIN