Visiteurs: 1127067
Aujourd'hui: 299
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Nimes vendredi 13 mai 2016. 1ère de feria. Cinq novillos de Parladé et un (2ème) de Juan Pedro Domecq, inégaux de présentation , nobles mais donnant peu de jeu,
Pablo Aguado, ovation avec salut, avis et ovation avec salut;
Leo Valadez, ovation avec salut, deux avis et ovation avec salut;
Andy Younes, silence, deux oreilles
Entrée: Un quart de plaza.
Le jury a déclaré le trophée de la Cape d’Or desertio (sic)



Temps pluvieux au début avec ciel se dégageant progressivement. Cinq novillos de Parladé et un de Juan Pedro Doçmecq (2) donnant dans l’ensemble un jeu décevant par manque de forces et de fonds, meilleur le dernier, plus mobile et endurant. Novillada donnée devant un quart d’arène dans le souvenir de Nimeño II.
Pablo Aguado (saluts aux deux) a tenu à afficher d’emblée sa décision en allant recevoir son premier adversaire a portagayola au centre, à la manière du Juli à Dax l’été dernier ! S’ensuivirent six largas arrodilladas avant deux piques insignifiantes. Brindis à l’assistance et dès l’entame de faena, on comprit que l’animal n’aurait pas les forces pour tenir la distance avec un minimum de puissance. Dans ces conditions, le Sévillan s’employa non sans une certaine élégance à construire un trasteo conséquent, avec plus ou moins de réussite et de transmission. Entière. Le quatrième poussa sur le premier assaut avant un second plus cuidé. Vuelta de campana sur les premiers doblones avant plusieurs séries allurées, notamment à tribord. Las, une demie tendida avec descabello limita le verdict à un salut.

Leo Valadez (saluts aux deux) prit d’abord un Juan Pedro juste de forces avec lequel il étala de bien belles dispositions au capote. Bon second tercio puis brindis au public d’une faena débutée par deux cambios et poursuivie par de bons enchainements sur les deux bords, sans grande émotion toutefois, avec final par manoletinas agenouillées, le tout conclu par demie tendida suivie de deux descabellos. Avec le quinto, qui fit une vuelta de campana après les capotazos de réception puis qui poussa sur la première rencontre avant une seconde pour la forme, Valadez se fit applaudir avec les palos à l’issue d’un tercio inégal. A la muleta, le Mexicain débuta à genoux puis se lança dans une succession de muletazos d’intensité irrégulière, voulant conclure par bernardinas, mais se faisant violemment secouer en changeant de côté, avant une second tampon qui confirma ce final aussi brouillon que risqué. Entière tombée, toro amorcillado avec longue agonie.

Andy Younes (silence et deux oreilles) tomba d’abord sur un opposant long à s’employer qui prit une première pique rectifiée puis une seconde pour faire le nombre. Pablo Aguado se fit accrocher sur le quite puis faena donnée à un adversaire manquant de chispa et de classe qui s’arrêta rapidement. Final encimista puis entière tombée. Avec l’ultime, Andy allait réussir le desquite. Réception inversée au centre puis enchainement serré rematé par larga de rodillas, deux rencontres brèves, bon quite et brindis à l’assemblée. Deux cambios au centre avec entame pieds joints, séquences agréables sur les deux bords, bonnes embestidas du novillo, et après une voltereta sans conséquences, entière d’effet immédiat qui libéra deux trophées.

La novillada s’acheva se termina alors en eau de boudin, l’incompréhension venant de la décision de ne pas attribuer la Cape d’Or alors qu’avec les deux oreilles qu’il venait de récolter, le jeune Arlésien aurait pu prétendre la remporter pour la deuxième fois.
Petite précision, le jury était indépendant du palco, les décisions de l’un n’entrainant pas systématiquement celle de l’autre. Cela dit, on peut penser que dans le cadre de la promotion des novilladas et de l’aide à apporter aux jeunes aspirants dans une période des plus difficiles, remettre le trophée à l’un d’entre eux, même si tout ne fut pas parfait, aurait certainement été bien reçu par le public. Entre complaisance et excès de sévérité, il y avait peut-être finalement la place pour l’octroi de cette distinction, non ?

Paul Hermé

pierre Le: 14/05/16
MADRID, JEUDI BOUILLARGUES