Visiteurs: 1126651
Aujourd'hui: 285
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
ALÉS (France). Samedi, 07 mai 2016. Concours de ganaderias.
texte Paul Hermé Torofiesta , vidéo Actutoro


Soleil et vent, trois quarts environ. Toros de divers élevages français : Hubert Yonnet, Dos Hermanas, Jalabert frères, L’Astarac, Robert Margé et Philippe Cuillé. Un ensemble plutôt décevant à divers titres, le ramage n’ayant pas grand-chose à voir avec le plumage. Bref, des toros bien présentés, manquant la plupart de bravoure et de caste à la muleta.
Si les prix réservés à ce genre de challenge n’ont pas été attribués, c’est bien qu’il y a une raison, la première venant du comportement du bétail, la plupart des toros retenus affichant peu d’arguments pour faire grimper la note, l’exemplaire des frères Jalabert étant selon moi l’exception qui confirme la règle, notamment grâce à son excellente corne droite, avec à un degré moindre le Dos Hermanas
A signaler, certainement pour honorer les éleveurs nationaux, l’exécution de la Marseillaise avant le paseo, ce qui m’a rappelé un temps mon enfance puis ma jeunesse dans les arènes de Nîmes ! On notera aussi, toujours sur le même sujet, la participation de l’excellente Peña Musicale « Al Violín » de Samadet…

José Ignacio Uceda Leal (silence aux deux), débuta avec un cinqueño de Yonnet qui s’en prit violemment aux planches avant trois rencontres, la première rectifiée puis bien les deux suivantes. Brindis à l’auditoire et assez rapidement, Uceda connaitra un gros susto en perdant l’équilibre et se retrouvant au sol à la merci du fauve, heureusement sans conséquences fâcheuses. Essai infructueux à bâbord, le Madrilène ne s’attardant pas et conclusion par entière. Avec l’Astarac, Uceda se rendit rapidement compte qu’il n’aurait aucune option pour réussir le desquite. Affichant sa mansedumbre dans l’épreuve de la pique, le pupille de Jean-Louis Darré manqua ensuite d’allant et de caste pour rendre la faena intéressante. Du coup, Uceda plia les gaules après une rapide faena de tanteo, le tout étant conclu par entière.
Manuel Escribano (saluts aux deux) reçut son Dos Hermanas par deux largas arrodilladas suivies d’un bon capoteo par véroniques. Deux piques, bien la première et sans style la suivante, ovation aux banderilles puis brindis à l’assemblée avec un début harmonieux en ployant la jambe. Manolo s’appliqua à droite, mais subit un désarmé sur un remate, avant de changer de bord et après plusieurs naturelles méritoires, il conclut sa série sur un pecho supérieur avant de poursuivre par un final encimista. Entière tendida puis descabello et pétition minoritaire. Avec le Margé, le maestro de Gerena brilla au capote et après trois rencontres d’inégale intensité puis un tercio de banderilles une nouvelle fois ovationné, il reçut d’emblée un avertissement à droite avant de bien se reprendre sur la même aile. La suite a été plus décousue, le toro des Monteilles s’arrêtant pratiquement après chaque muletazo, ce qui se traduisit par quelques séquences estimables, mais qui manquèrent de rythme et de liant. Manolo réduisit les distances puis conclut d’une entière tendida suivie de deux descabellos.
Thomas Dufau (applaudissements et silence) débuta avec un toro des frères Jalabert qui s’avéra le plus intéressant de ce concours. Réception par larga puis bon capoteo avant trois bons puyazos de Nicolas Bertoli suivis d’un quite réussi par chicuelinas. Brindis au public, deux cambios puis derechazos bien conduits avec de bonnes réponses du bicho, autres redondos templés puis rapide passage à gauche, circulaires inversées administrées à un adversaire qui gardera la bouche fermée jusqu’au bout. Las, la ferraille vint alors annihiler tout espoir de récompense qui lui tendait longtemps les bras… Avec le Cuillé, le Landais fit un bel effort, mais il ne put opposer que sa vaillance et son sérieux face à un toro qui après trois rencontres n’avait pas le potentiel pour offrir à la muleta un combat qui aurait pu permettre à Thomas de réussir la session de rattrapage. Toutefois, il a fait preuve de détermination et en définitive, le Montois pouvait repartir digne des arènes du Tempéras…


pierre Le: 07/05/16
Début de Paco Ureña à Aguascalientes Valencia triomphe de Leo Valadez