Visiteurs: 1128705
Aujourd'hui: 368
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Dans l’antiquité, Horaces et Curiaces s’affrontaient, puis ce fut la querelle des bouffons entre les partisans de l’opéra italien et ceux de l’opéra français, avant qu’Anciens et Modernes fassent de la littérature du 17ème, un vrai champ de bataille.


LA PREMIÈRE D'HERNANI. AVANT LA BATAILLE Auteur : Michel WINOCK


Dans le microcosme taurin, ce sont les toristes et les toreristes qui prétendent avoir la vérité au détriment des autres. A défaut de se croiser sur les gradins des arènes, ce sont les réseaux sociaux qui leur servent de ring.
Séville a été le théâtre d’une très grande corrida de toros avec les Victorinos et une grande faena de Morante. Summum de l’émotion, Paco Ureña a réussi la synthèse des deux tauromachies en « débouchant le flacon » face à un toro très encasté du sorcier de Galapagar.
En quoi est il interdit au toriste que je suis de vibrer en regardant toréer le chevelu sévillan et à un toreriste comme Pierre de crier Olé à chaque charge de Cobradiezmos ?
A chaque fois l’émotion est née de la rencontre d’un torero qui veut et d’un toro (brave ou manso) qui exige. Il n’y a pas de raisons « recevables » de dénigrer l’un ou l’autre de ces grands moments de tauromachie.

Au-delà du respect de la liberté « culturelle » de chacun, ces moments sont trop rares pour les bouder. Toristes et toreristes doivent prendre conscience qu’ils sont les derniers des Mohicans d’une tauromachie basée sur l’émotion du combat, ou de l’art ou, les jours de miracle, des deux à la fois.
Comme il y a peu de ganaderias élevant des toros encastés, il n’y a plus que Morante et Curro Diaz à être des toreros artistes.
90% des spectateurs, et des corridas ne sont ni toristes, ni toreristes. Le public actuel vient assister à un spectacle qu’on lui habille d’une couleur ou de l’autre à des fins marketings. Il vibre et est heureux. L’exemple flagrant est cette corrida « canada dry » qui a permis à Padilla d’être le triomphateur de Séville au détriment des deux grands toreros que sont Ureña et Morante. Les Juli, Manzanares, Talavante et consorts offrent au public un ersatz de tauromachie « inspirée », les Fuente Ymbro et autres créent le toro qui leur convient. Faux braves pour animer les premiers tercios et collaborateurs dociles à la muleta, ils permettent de couper des oreilles qui ne laissent des souvenirs que dans les statistiques.
Loin de moi, l’idée de priver la majorité du plaisir qu’il trouve dans cette tauromachie spectacle. Juste un appel aux derniers défenseurs de la tauromachie fondamentale à s’unir. On ne défendra pas la gastronomie contre la « Mac Do » bouffe en opposant le confit de canard au turbot sauce au beurre blanc.
C’est en partageant et faisant partager les émotions ressenties grâce à Ureña, Morante et Cobradiezmos que l’on remettra à leur juste place toros et toreros du FIT.

Thierry Reboul

pierre Le: 02/05/16
Un bon Conde de Mayalde à Madrid Grave blessure du torero mexicain El Pana