Visiteurs: 1126918
Aujourd'hui: 150
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Trois oreilles pour Juan Bautista, un succès méritoire avec du frío et du vent dans les voiles…

]

Texte Torofiesta photos Daniel Chicot


Juan Bautista : silence, oreille, deux oreilles, silence, silence et silence
.A cause d’un vent à décorner les bœufs - mais aussi les toros ! - l’encerrona de Juan Bautista n’a pas totalement connu le succès escompté.
Si l’Arlésien a mis toute sa volonté et sa technique dans la balance, si plusieurs toros - au demeurant bien présentés - de Robert Margé, dans un lot où il y a eu de tout, ont donné un jeu satisfaisant, avec la prime au troisième qui a été crédité de la vuelta posthume, il est clair que la troisième corne, représentée par le souffle d’Eole, a largement contribué à compliquer la vie de l’Arlésien.
Avec un bilan de trois oreilles, Jean-Baptiste a connu une tarde certes digne, mais inégale, avec évidemment, comme évoqué ci-dessus, quelques circonstances atténuantes. Il est toutefois évident que dans un contexte météorologique plus favorable, son esportón aurait certainement été encore plus rempli !


Après un paseo retardé à cause des fouilles extérieures et devant environ deux tiers d’arène par temps frisquet, cette course a débuté avec un premier qui ne tarda pas à retourner aux corrales pour s’être sectionné ses deux cornes contre un burladero. Il a été remplacé par un sobrero du même fer qui s’est montré compliqué, les rafales et les gouttes n’arrangeant rien. Toutefois, Juan se montra digne, malgré les éléments contraires.
Avec le second, de meilleur son, Juan lutta encore contre les éléments, refusant de baisser les bras et réussissant à tirer des muletazos estimables, notamment à droite, avant une estocade qui libéra le premier trophée.
Le troisième a étalé d’excellentes dispositions, qui permirent à Jean-Baptiste de rendre une copie de bon niveau, sa faena étant rematée par une entière a recibir, l’ensemble de son œuvre lui valant deux pavillons et le Margé recevant l’honneur posthume d’une vuelta.
Le quatrième s’avéra aussi violent que faible, faisant même voler un burladero, et face à lui, Bautista fit le maximum lors d’une faena volontaire brindée à Laurent Blanc qui lui valut la sympathie d’un public compréhensif.
Le quinto se rompit une corne contre un burladero et sortit alors le second sobrero des Monteilles avec lequel, toujours gêné par le vent, Jean-Baptiste n’eut guère d’options et dut se contenter d'une faena de tanteo.
Malgré une larga de réception puis la pose des banderilles pour animer les débats, Juan ne trouva pas l’opportunité de relever le plat face à un adversaire qui dura peu. En tout cas, beaucoup moins que le vent…

pierre Le: 01/05/16
Certamen et cartels 2016 de Parentis Indulto lors du solo de Nazaré à Dos Hermanas