Visiteurs: 1140045
Aujourd'hui: 83
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Le milieu taurin est, on le sait, un des plus conservateurs qu'il soit. Il est verrouillé par quelques individus qui pour la plupart fonctionnent "à l'ancienne" alors qu'il y a urgence à changer si on veut connecter avec une jeunesse qui représenté l'avenir -par définition- et qui n'a rien contre nous à condition d'utiliser ses codes; de lui parler à sa manière. Pour cela nous aimons bien Alejandro Talavante qui a amené une sorte de nouveauté dans son toreo, puisée pour une grande part en terre Aztèque dont on ferait bien de s'inspirer un peu plus.



Avec cette image -faut-il dire pub ?- Talavante a compris une chose fondamentale: il faut que l'on parle d'un artiste pour qu'il existe. Il ne faut pas avoir peur de choquer. "Prince" le génial chanteur, décédé hier l'avait compris bien avant lui... C'était une sorte d'exemple emblématique. La promotion de la féria de Saragosse l'an dernier allait dans ce sens. Talavante a franchi les limites et va faire le buzz dans le "milieu" comme à l'extérieur, ce qui est beaucoup plus important. La fragilité de l'individu dominant la force brutale, fondement de la corrida, est parfaitement mise en scène; avec, en plus, l'aspect esthétique de ce combat.

L'image de sa temporada 2016, 2017 a été créée par le graphiste Mikel Urmeneta et le photographe Mikel Muruzabal. Ils ont travaillé sur les indications de Talavante qui a fait part d'un de ses souhaits:" je veux me lever nu, mettre des chaussettes et toréer ainsi". Comme on le voit il n'a pas fait semblant. Urmeneta ajoute : "il fallait qu'Alejandro toréait comme dans un studio photographique, isolant les passes de l'extérieur de l'extérieur en obtenant ainsi un portrait instantané, propre, nu et pur, mais avec une grande force pour que la photographie se convertisse presque en sculpture". Le choix du noir et blanc contribue à cet aspect hiératique. Mikel Urmeneta, le graphiste ajoute :"Pour moi, cette photo, cette image, c'est Talavante, cela montre la personnalité singulière d'un torero qui montre ce que l'on cache".

Ca va faire parler dans les chaumières...

PV

pierre Le: 23/04/16
Andy à la conquête d'Aguas CERET, CARTEL OFFICIEL