Visiteurs: 1126534
Aujourd'hui: 168
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Arènes de Séville, samedi 16 Avril 2016 ,6 toros de Fuente Ymbro bien présentés, pas grand-chose à la pique, sosos, permettant au troisième tiers. L’animal type fabriqué dans l’usine à toros de troisième tiers par Ricardo Gallardo .
Finito de Cordoba : silence ,silence
Juan José Padilla : une oreille, deux oreilles
El Fandi : silence, une oreille contestable
Paseo retardé de 30 minutes pour remettre en état le ruedo.
La porte du Prince s’ouvre pour Padilla


photo Joel Buravand



Pas grand-chose à retenir des deux prestations de Finito et de la première d’El Fandi, on est plus dans une arène de troisième que dans la Real Maestranza. Le public est très différent de celui de mercredi et d’hier. Moins exigeant, il va demander, et obliger règlementairement, le président a donné une oreille à El Fandi, plus banderillero que torero, après une faena de village et une estocade lamentable, très, très caïda mais efficace. Il y a des jours, comme cela, où Séville déconne……….. !


corridasi sur ComBoost


photos Joel Buravand


Etrangement absent au paseo, comme dans un autre monde, Padilla va connaître une grande journée de sa carrière. Après une saison 2015 en demi teinte, il a besoin d’un coup d’éclat pour se relancer. Il reçoit son premier à porta gayola. Après un tercio de banderilles brillant, il construit une faena « entretenu’, plus spectaculaire que sincère. Il conclue d’une bonne estocade et coupe une oreille. Le second lui permet une faena en deux temps, .une première partie, vibrante et engagée, et une seconde, le toro allant à menos, plus pacifique. L’épée est magistrale d’engagement et d’efficacité. Deux oreilles et le pirate s’empare de la Porte du Prince, la première de sa carrière.


Quand on voit la beauté des images de cette sortie à hombros, on se met à regretter que Paco Ureña n’ait pas eu un second adversaire à la hauteur de son talent et de sa motivation.



pierre Le: 16/04/16
Morante triomphe à Séville Autres festejos du week-end