Visiteurs: 1128553
Aujourd'hui: 216
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Le week-end pascal très actif sur le plan taurin est terminé. On peut en tirer trois leçons. Les entrées d'abord elles ont été bonnes dans l'ensemble avec un splendide lleno à Arles le samedi. La comparution de Sébastien Castella n'y est pas étrangère. Il a d'ailleurs satisfait les attentes. Malgré les campagnes de dénigrements menées par certains journalistes, opportunément oubliées désormais, par son talent et sa forte personnalité, il est l'homme que le public français attend et on ne peut plus faire l'impasse sur son nom. Autre remarque, la corrida torista, en présence des Pedraza, n'a pas répondu aux espérances. La raison en est simple: l'aficion torista, même si elle est très active sur les réseaux sociaux, correspond à un noyau dur, minoritaire même s'il est respectable. De plus elle a ses sanctuaires: Vic, Céret, Parentis.





Sur le plan artistique c'est la révélation de Tomas Joubert qui est le plus marquant. Révélation pour le grand public, confirmation pour les mieux informés. Classe, élégance, maturité face à un grand toro de Pedraza, Thomas s'est hissé à la hauteur des plus grands. Sans doute faut-il y voir la patte d'Alain Moncouquiol, son inspirateur-préparateur. Sur lui non plus on ne peut faire l'impasse... Alejandro Talavante aurait pu sortir en triomphe de Séville, malgré la médiocrité de l'opposition (Garcigrande) il a convaincu en tout cas l'aficion locale un tantinet frileuse cette fois. Il aurait mérité une seconde chance dans l'abono mais les voies chaotiques de l'empresa sevillanne sont impénétrables...

Il faut dire un mot de la "geste" de Morante qui a signé à son second toro, bien médiocre pourtant, une faena qui n'est pas prête d' être oubliée au Baratillo. Elle a été dans le ton de ces grands prédécesseurs que furent les Paula et les Curro Romero. Même si elle s'est terminée en eau de boudin par trois avis, elle a ravi le public le plus exigeant et connaisseur qu'il soit car elle incarnait, seconde par seconde, l'essence même du toreo dans sa sincérité, sa beauté, sa créativité. Antonio Lorca le critique du "Pais", caution du journal le plus anti-taurin qu'il soit, lui fait un bien mauvais procès; méprisant car il oppose le public à l'aficion: ce qui n'est pas opposable car il s'agit d'une seule et même chose. Mais bon, la polémique -même si elle n'est guère plaisante- a le mérite de réveiller les âmes et il n'y a rien de pire que la paix des cimetières.

Enfin on aura noté la quasi disparition des antis. Ils ont troqué l'activisme contre un lobbying plus efficace (hélas!) vers les politiques et les médias. "Ceux d'en haut font la leçon à ceux d'en bas"... qui n'en ont rien à cirer fort heureusement.

PV

pierre Le: 31/03/16
Thomas Joubert trophée Cesar Giron LA BREDE