Visiteurs: 1138910
Aujourd'hui: 75
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



De retour du Mexique trois remarques:



D'abord je ne sais pas ce qui s'en est dit ici mais José Tomas reste José Tomas. Il a rempli le coso de la calle Rodin hasta el reloj comme ils disent là bas ce qui ne s'était pas produit depuis plus de quinze ans. Sur son second toro, il eut deux séries de naturelles fabuleuses et à droite plusieurs tendas avec un temple infini. La course ne s'est pas déroulée comme on l'aurait souhaité, une partie du public s'est mis contre lui après que le président lui ait octroyé une oreille peu demandée et refusée par le madrilène, ensuite il eut de grosses lacunes à l'épée. Il y a des jours où ça ne veut pas rire... cela aurait pu être triomphal...

Le trapio du toro Mexician a joué contre lui. Il y eut ce jour là deux bons toros le troisième et le sixième (Joselito Adame deux oreilles), bas et peu armés mais dans le type. Les ganaderos -nous en avons visité cinq- sont tous attachés au toro Saltillo: un toro petit, modelé pour le troisième tiers - deux piques de tienta pas plus. Résultat la pique est un tiers de plus en plus escamoté; c'est un toro qui répète, qui dure et va à mas. On recherche la "pureza" c'est à dire la lignée la plus proche de ce qui était à l'origine du toro de lidia quand il a débarqué en Amérique. Castella triomphera la semaine suivante avec un toro d'origine Domecq (La Joya), mieux présenté et typique de son encaste.

La tauromachie semble bien se porter dans l'ensemble de ce grand pays avec de très nombreux spectacles de très diverses qualités. La corrida fait consensus et il y a peu de contestation. Les perspectives sont immenses et de grosses fortunes commencent à investir dans le spectacle avec des fincas au luxe impressionnant, l'inverse existe aussi c'est à dire le "ganadero paysan" comme on le trouve en France. Le Mexique n'a pas trouvé son torero qui allie la fantaisie que l'on aime ici au courage que l'on admire et on cite Manolo Martinez comme ultime icône. Il y a certes Joselito Adame, Sergio Flores ou El Payo mais en pays Aztèque si toreriste, prompt aux enthousiasmes, on attend toujours la venue de l'idole qui fatalement viendra . Alors chers amis vous verrez, le public sera au rendez-vous et la tauromachie sera réconciliée avec le peuple...

PV

pierre Le: 20/02/16
THOMAS DUFAU A CHATEAURENARD Premiers festejos du week-end