Visiteurs: 1138834
Aujourd'hui: 337
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Anus Horribilis l'année 2015 se ferme sur de nombreux mauvais souvenirs et sur un futur emplit de doutes et de péril. Ne sombrons pas dans le pessimisme néanmoins: il y eut de bons moments. Pour ma part j'en retiens trois.


Génie de Finito

Juin: Cordoue où personne ne va ou presque. Demie-arène pour le phénix local: Finito. Le dernier de ces toreros artistes qui ont laissé une trace inoubliable. Velléitaire comme Conde ou Morante mais tellement génial quand il le décide. Un toro de Nuñez del Cuvillo d'une noblesse racée qui chargeait sans cesse avec ce nécessaire relief mais sans méchanceté non plus. Un président fermé aux appels du public qui, debout demandait le grâce de cet animal. Il le méritait sans doute. Finito toréa avec une beauté inspirée des arabesques légères de La Mezquita voisine, entendit les trois avis et après de longue minutes symphoniques tua d'une entière fulgurante ce toro voué à reproduire. Le torero de Sabadell avait brisé le tabou des trois avis, le président s'était comporté en père fouettard et public balançait entre entre l'admiration du génie local et la colère à l'encontre de la posture présidentielle arbitraire et injuste.

Août: Saint Sébastien, que l'on n'a pas assez loué de ce côté de la Bidassoa. Un grand espoir pour les taurins: le retour de la corrida pour la première fois dans une grande ville, dans un consensus total, sans opposition ni désordre: un moment très important. Avec de belles entrées, un public avisé et heureux de se retrouver après une aussi longue attente. Juli fait le plein; Morante s'efforce et Castella réalise un de ces chef-d'oeuvre auxquels il nous a habitué cette saison. Les Chopera en grands professionnels ont bien fait les choses. Ah! les feux d'artifice sur la Concha...

Septembre: Maubourguet ou Arzacq en mars, ces "petits" dont la survie se joue à quelques dizaines de place, pour lesquels l'engagement est total, qui accueillent avec simplicité et proposent des spectacles passionnants. La race des erals du Comte de Mayalde à Arzacq injustement oubliés des jury de fin d'année. La faena magnifique de Tibo Garcia qui clôtura la journée de Maubourguet... deux très bons souvenirs aussi unis dans notre mémoire.
"Small is beautifull" souvent.
PV



pierre Le: 29/12/15
CALI: INDULTO ET TRIOMPHE DU JULI DES NOUVELLES DE THOMAS DUFAU