Visiteurs: 1128720
Aujourd'hui: 383
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



La famille taurine évolue au sein de la communauté nationale, elle s'appuie dessus, c'est sa planche de salut. Elle en respecte scrupuleusement les règles, elle bénéficie de sa légitime protection. Elle est donc touchée au même titre que tous les autres français par le drame national que nous venons de vivre. Rien ne peut légitimer la mort d'innocents: tout n'est que douleur, stupeur et terreur; solidarité aussi de la population dans des gestes réconfortants. Il ne faut pas croire cependant que tout reviendra comme avant. On nous le dit de tous côtés et c'est vrai: ce drame était prévisible et sans aucun doute d'autres coups de ce type se renouvelleront. Avec la même violence. Il faut s'y préparer. La vie ne va pas changer; elle a changé.

Ce sont sans doute des considérations marginales mais on voit bien dans ce contexte le côté dérisoire des attaques des antis qui se sont renouvelées ces derniers mois. Comment dans un moment aussi dramatique, prendre au sérieux la gauche aux commandes à Majorque qui, mercredi, a proclamé l'île anti-taurine. Sont-ils sérieux ces hommes et femmes politiques si content d'eux ? Croient-ils être à l'abri dans leur île ? Leur priorité c'est donc les toros ? Et les attitudes discriminatoires de la maire de Madrid, ville très exposée elle aussi et qui a payé son tribut, ne révèlent-elles pas une dramatique immaturité ? Comment qualifier ces provocations violentes et délibérées des groupuscules antis taurins qui hier encore ont perturbé violemment une simple conférence à Barcelone ? Ce terrorisme verbal, cette haine, à tout moment peut dégénérer; les braises sont là, ceux qui les attisent savent ce qu'ils font...

Ainsi dans Kaboul occupée les talibans avaient interdit la musique. Jusqu'au chant des oiseaux...
PV



pierre Le: 16/11/15
GUADALAJARA, BLESSURE ET TRIOMPHE DE ROCA REY LES TOROs DU MARQUIS A AIGNAN