site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

MAUBOURGUET: LE JOUR DE YOAN LAMOTHE

  


Yoan Lamothe: deux sorties en triomphe: le matin Rion, le soir Maubourguet



Maubourguet, dimanche, novillada sans picador des fêtes: une moitié d'arène.

3 novillos de Sanchez Fabres (1, 5 et 6) et trois de Sanchez Arjona (2,3 et 4). Vuelta du quatrième "Tallador" n° 42.

Hector Guiterrez: une oreille et vuelta,
Joao d'Alva : silence après un avis et une oreille,
Yoan Lamothe: silence après avis et deux oreilles.

Le prix de l'Accosso a été partagée entre Hector Guterriez et Yoan Lamothe.

Une minute de silence a été respéctée à la mémoire d'Ivan Fandiño.

Les petites arènes méritent mieux que le sort que leur réserve les aficionados, c'est également vrai des spectacles dits mineurs. La preuve nous l'avons eu une nouvelle fois à Maubourguet pointe avancée de l'aficion gasconne. Un lot de novillos palpitants et trois jeunes gens qui se la sont donnés sans réserve avec la générosité qui sied à la jeunesse.

Je ne sais s'il y a compétition entre le cousinage Sanchez, le fait est que la branche Fabres n'était pas, durant la course, dans le secteur Arjona. Les deux, pourtant, ont porté, dans des styles différends, haut les couleurs de l'origine Coquilla en voie de disparition mais pourtant si séduisante. Nous donnerons l'avantage aux Arjona qui firent tous les trois preuve d'une bravoure égale, chargeant sans mollir, bouche fermée. Le troisième eut les honneurs d'une vuelta que les deux autres auraient aussi bien méritée. Un ton au dessous le premier Fabres noble cependant mais le second et surtout le troisième impressionnèrent eux aussi. Ils eurent le mérite de finir fort et d'aller de menos à mas. Un poil de faiblesse néanmoins chez les Fabres.

Beaucoup de métier déjà chez le jeune torero d'Aguascalientes Hector Guiterrez. Savait-il qu'il foulait le sol de l'arène ou débuta Joselito Adame, son compatriote? On lui souhaite de faire aussi bien. C'est un jeune qui maîtrise déjà son sujet: varié à la cape et solide avec la muleta. Il a bien tué son premier. Sa seconde faena nous a enchanté avec ce "corte" typiquement mexicain et bien qu'il tua laborieusement, il fit une vuelta justement fêtée.

Jao d'Alava nous a plu aussi. On le vit sous de bons auspices à la cape comme à la muleta face au premier Arjona. Faena centrée, allurée, décidée mais hélas, il lui manque l'essentiel: l'épée qu'il manie piètrement. Il eut plus de chance avec l'acier à son second passage et fut crédité d'un trophée. A revoir.

C'était le jour de Yoan Lamothe avec un rude examen de passage: le matin Rion et le soir les Coquilla. Il fallait le faire, il l'a fait en obtenant la mention puisqu'il est sorti en triomphe les deux fois. Il nous a fait peur néanmoins à son premier passage en se faisant prendre durement.On craignait qu'il n'y ait de la casse mais le gaillard est solide et il repartit pour un travail qui se ressentit sans doute un peu de l'incident. Il donna la plénitude de son jeune talent face à l'excellent dernier dont il prit la mesure à gauche surtout. Un gros mental mais aussi beaucoup de lucidité Yoan a franchi un cap important. Il aura convaincu les plus sceptiques.
PV


photo Nicolas Couffignal


Arènes de Rion, première novillada non piquée de la Féria 2017
3 erales de la ganaderia du Camino de Santiago légers et très faibles pour
Dylan Raimbaud : un avis et silence
Dorian Canton : deux oreilles
Yon Lamothe : deux oreilles
Deux tiers d’arène


photo Nicolas Couffignal


Arènes de Rion des Landes , deuxième novillada non piquée de la Féria 2017
6 erales de Valdefresno bien présentés mais hétérogène de comportement pour
El Rafi : vuelta, une oreille
Manuel Diosleguarde :: silence, un avis et silence
Ismael Jimenez : silence, un avis et une oreille
Prix au triomphateur El Rafi
Meilleure faena : Ismael Jimenez
Trois quarts d’arène

Le: 21/08/17
Plaza de toros de Vistalegre, Bilbao, Corridas Generales. Un tiers d'entrée.

Six toros de Torrestrella
Juan José Padilla: palmas et silence.
Antonio Ferrera : ovation et oreille.
Ferrera a refusé de banderiller car ses bandérilles au couleur du drapeau espagnol ont été sifflées.
David Fandila 'El Fandi': silence et silence.

Plaza de toros de Sanlúcar de la Barrameda (Cádiz). Corrida de exaltación al río Guadalquivir. 3/4 d'entrée
Toros de El Torero,le 4º, vuelta al ruedo .

El Juli, ovation et deux oreilles et la queue.
Alejandro Talavante, oreille et deux oreilles.
Cayetano, oreilleet deux oreilles.

SAINT GILLES (FRANCIA)-

Lleno Toros de Robert Marge.
Sebastián Castella: oreille, silence et silence,
Thomas Joubert: ovation, deux oreille et deux oreilles.

TAFALLA (NAVARRA)-

1/2 entrée toros de Antonio San Román.
Manuel Jesús "El Cid", silence et oreille.
Antonio Nazaré, silence après avis et pitos.
Borja Jiménez, silence après avis et silence.



NOVILLADAS CELLA (TERUEL)-

Un novillo de Los Ronceles pour le rejoneador et deux de El Añadío y de Guadalmena .
Mario Pérez Langa: oreille
Jesus Enrique Colombo: silence et deux oreilles.
Jorge Isiegas: oreille et deux oreilles.

Le: 20/08/17
Maubourguet, dimanche, novillada sans picador des fêtes: une moitié d'arène.

3 novillos de Sanchez Fabres (1, 5 et 6) et trois de Sanchez Arjona (2,3 et 4). Vuelta du quatrième "Tallador" n° 42.

Hector Guiterrez: une oreille et vuelta,
Joao d'Alva : silence après un avis et une oreille,
Yoan Lamothe: silence après avis et deux oreilles.

Le prix de l'Accosso a été partagée entre Hector Guterriez et Yoan Lamothe.

Une minute de silence a été respéctée à la mémoire d'Ivan Fandiño.

Les petites arènes méritent mieux que le sort que leur réserve les aficionados, c'est également vrai des spectacles dits mineurs. La preuve nous l'avons eu une nouvelle fois à Maubourguet pointe avancée de l'aficion gasconne. Un lot de novillos palpitants et trois jeunes gens qui se la sont donnés sans réserve avec la générosité qui sied à la jeunesse.

Je ne sais s'il y a compétition entre le cousinage Sanchez, le fait est que la branche Fabres n'était pas, durant la course, dans le secteur Arjona. Les deux, pourtant, ont porté, dans des styles différends, haut les couleurs de l'origine Coquilla en voie de disparition mais pourtant si séduisante. Nous donnerons l'avantage aux Arjona qui firent tous les trois preuve d'une bravoure égale, chargeant sans mollir, bouche fermée. Le troisième eut les honneurs d'une vuelta que les deux autres auraient aussi bien méritée. Un ton au dessous le premier Fabres noble cependant mais le second et surtout le troisième impressionnèrent eux aussi. Ils eurent le mérite de finir fort et d'aller de menos à mas. Un poil de faiblesse néanmoins chez les Fabres.

Beaucoup de métier déjà chez le jeune torero d'Aguascalientes Hector Guiterrez. Savait-il qu'il foulait le sol de l'arène ou débuta Joselito Adame, son compatriote? On lui souhaite de faire aussi bien. C'est un jeune qui maîtrise déjà son sujet: varié à la cape et solide avec la muleta. Il a bien tué son premier. Sa seconde faena nous a enchanté avec ce "corte" typiquement mexicain et bien qu'il tua laborieusement, il fit une vuelta justement fêtée.

Jao d'Alava nous a plu aussi. On le vit sous de bons auspices à la cape comme à la muleta face au premier Arjona. Faena centrée, allurée, décidée mais hélas, il lui manque l'essentiel: l'épée qu'il manie piètrement. Il eut plus de chance avec l'acier à son second passage et fut crédité d'un trophée. A revoir.

C'était le jour de Yoan Lamothe avec un rude examen de passage: le matin Rion et le soir les Coquilla. Il fallait le faire, il l'a fait en obtenant la mention puisqu'il est sorti en triomphe les deux fois. Il nous a fait peur néanmoins à son premier passage en se faisant prendre durement.On craignait qu'il n'y ait de la casse mais le gaillard est solide et il repartit pour un travail qui se ressentit sans doute un peu de l'incident. Il donna la plénitude de son jeune talent face à l'excellent dernier dont il prit la mesure à gauche surtout. Un gros mental mais aussi beaucoup de lucidité Yoan a franchi un cap important. Il aura convaincu les plus sceptiques.
PV

Le: 20/08/17

Triomphe de Solalito qui est sorti a hombros après avoir coupé deux oreilles des bons novillos de Blohorn…
Beau temps, ¼ d’arène. Quatre cinq novillos de Blohorn bien présentés et donnant du jeu à divers titres la plupart. Vuelta posthume au quatrième (le premier de Solalito). Le ganadero a fait la vuelta avec Solalito au quatrième et cinquième.

El Péré ayant décidé d’arrêter, il est tombé du cartel, les organisateurs décidant que le meilleur novillero serait invité à lidier le dernier novillo.

Tony Martins (légers applaudissements) a ouvert la séance pour un combat équestre qui l’a vu très motivé, avec des résultats inégaux sur les poses de deux farpas, quatre banderilles et deux courtes. Las, deux rejons transversants ont altéré l’impression laissée.

El Rafi (vuelta) a reçu une belle ovation aux banderilles puis a brindé à Pierre-Marie Meynadier une faena entamée avec élégance. Par la suite, il embarqua bien le novillo sur le côté droit sur plusieurs séquences ajustées, la gauche résultant plus inégale. Final plus encimista d’une faena prolongée à l’excès, la fin étant un peu moins évidente. Echec aux aciers.

Adam Samira * (saluts) revenait dans le ruedo saint-gillois après son succès de la veille pour le Bolsín. Il se montra décidé, certes, au cours d’un trasteo en mode bagarre dans lequel il y eut un peu de tout. L’apprentissage continue et Adam a montré par moments des gestes prometteurs pour la suite. Entière tendida.

Solalito (oreille) s’est distingué au capote avec El Rafi sur une competencia au quite à l’issue de laquelle les deux ont été applaudis. Il a ensuite brindé à l’auditoire une faena entreprenante comprenant plusieurs passages harmonieux, même s’il y eut quelques turbulences qui auraient pu être endiguées par un peu plus de quiétude et de dominio. Mais Solal porte incontestablement en lui un bon concept du toreo. Un tiers après pinchazo puis entière.

Avec le cinquième obtenu en tant que meilleur des trois, Solal brinda à sa sœur une faena débutée agenouillé au fil des planches puis comprenant des enchainements dynamiques à droite. Bien soutenu par le public, Solal s’illustra encore sur redondos rematés à genoux, finissant par bernardinas un trasteo qui lui valut un autre trophée, synonyme de sortie par la grande porte.
* A propos d'Adam, qui avait remporté la veille le IIIe Bolsín de Nîmes Métropole sous son patronyme, à savoir Adam Belaidi, il est à noter que dans le monde des toros il est appelé Adam Samira. Dont acte.

Paul Hermé www.torofiesta.com

Le: 20/08/17
Madrid, samedi. Temporada de verano. Entrée: Un quart.
Cinq novillos de la ganadería de Condessa de Sobral et un deMercedes Figueroa (5°),

Fernando Beltrán, silence avec avis et ovation avec salut;
Daniel Crespo, silence avec avis et silence;
Adrián Henche, salut avec avis et vuelta al ruedo avec avis.



Le: 20/08/17
 1  2  3  4 ... 2374  2375  2376  »