site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

VIC, HEROISME D'EMILIO DE JUSTO

  


Señor Pedraza, sorti en premier (photo Ch. Lamoulie)



Plaza de toros de Vic-Fezensac. Lundi, dernière de Féria. Plus de trois quart d’entrée.

Toros de Pedraza de Yeltes, le cinquième comme sobrero
Curro Díaz, ovation et saluts et ovation et saluts;
Daniel Luque, ovation et saluts et silence;
Emilio De Justo, silence après avis et oreille.

Óscar Castellanosa salué après avoir banderillé le premier.
Manuel Ángel Gómez et Manuel Pérez Valcárcel au sixième.

Parte Médico provisoire de Emilio De Justo: Emilio de Justo a souffert d’un traumatisme crânien et d’une blessure de la partie arrière de la tête. Un examen plus approfondi devait être réalisé dans la soirée à l’hôpital d’Auch.

<

diaporama photo
corridaSiinfo sur ComBoost


photos Matthieu Saubion



On attendait beaucoup de cette dernière journée vicoise. L’attente c’est le lot des aficionados, l’espoir aussi… Des rumeurs parlaient d’une corrida très présentée ; l’élevage lui est bien connu pour avoir gagné ses gallons dans le sud-ouest sans jamais avoir triomphé dans une grande arène torista et après avoir subi deux échecs successifs, lourds de conséquence, à Madrid, dont le dernier il y a quelques jours. Cette corrida cinqueña pour l’essentiel fit, à sa sortie, grosse impression dans le ruedo vicois qui pourtant en a vu d’autres; elle le fit par son trapio et par ses hechuras véritablement terrifiants. Le jeu que donna le lot ne fut pas à la hauteur de cette présentation splendide. Dans l’ensemble, juste de force, les Pedraza ne livrèrent pas de combats héroïques sous le cheval et se réservèrent pas la suite. A la pique le sixième fut le meilleur, au troisième tiers, dans la muleta, ce fut le second.

Curro Diaz arrivait après avoir subi une rude voltereta à Madrid qu’il allait rejoindre bientôt pour y défiler à nouveau. Il fut égal à lui-même : un artiste fin et élégant dans toutes les circonstances. C’est ainsi que sa première faena débutéepar le bas avec éclat connut de bons moment mais finit à menos. A son second passage, il subit une votereta qui coupa court à ses ardeurs. Pourtant, malgré l’âpreté de l’opposition il avait montré sa décision. Dans les deux cas, il échoua avec l’acier.

Daniel Luque, en grand professionnel, vit de suite le profit à tirer de son premier adversaire, le plus accommodant du lot. C’est ainsi qu’il chauffa à la muleta le public par des séries vibrantes, engagées et esthétiques. Le président envoya la musique que l’on n’avait pas entendu sonner depuis un moment. Comme il en fut de ses confrères, l’acier le trahit et le succès se limita à un salut très chaleureux. Il ne voulut pas voir le cinquième, lâchement achevé d’un bajonazo.

Enfin, héros du jour Emilio de Justo qui a de nombreux fans dans le sud-ouest, doit son succès à son courage ce « valor seco » justement valorisé ici. Après un premier passage discret, il mit la « gomme » face au dernier qui ne tint pas ses promesses et s’éteignit rapidement. Le sanluqueño raccourcit alors les terrains et monta à la corne contraire avec beaucoup de cran pour arracher avec stoïcisme les quelques passes que le Pedraza voulut bien se laisser dérober. Dans cette posture risquée, il se fit prendre durement et revint pour occire l’animal en deux temps, d’une épée très basse. Le président accorda une oreille contestée par une partie du public mais qui eut le double mérite de récompenser l’héroïsme du jeune homme et de clore la féria sur une note positive.

Pierre Vidal
Grâce à votre abonnement et la confiance que vous faites à la programmation du Plumaçon, vous êtes 685 à partir pour Madrid ! Suerte à Thomas Dufau.

La tauromachie participative à Mont de Marsan : un avantage unique pour les abonnés de la Madeleine

Jusqu'au 13 juin tous les abonnés peuvent :
Sélectionner et proposer à la Régie des Fêtes 3 novilleros pour la novillada piquée de La Madeleine, le samedi 21 juillet 2018 à 22h.
Sélectionner et proposer à la Régie des Fêtes un des toreros des corridas dites "toristes" de la Feria de Madrid. Corridas programmées dans l'Abono les 27 et 28 mai et du 3 au 10 juin, sauf la corrida de la Beneficiencia et de la Prensa - hors abono). Le torero qui aura obtenu le plus grand nombre de suffrages sera engagé pour la corrida du dimanche 22 Juillet 2018 (corrida de Dolorès Aguirre)

➔ Comment procéder ?
Adresser ses sélections, par mail, à la Régie des fêtes : novillada@montdemarsan.fr


Le: 22/05/18


Le: 22/05/18
La peña Tristan Espigue organise le dimanche 10 juin sa traditionnelle fiesta campera chez
Jacques Giraud au Sambuc: le matin, deux vaches tombées à la garrocha, et tientées par
Tristan a campo abierto, l’après-midi lidia complète d’un novillo par Tristan.
Bar et restauration sur place (précisions gastronomiques et tarifaires suivent).
Pour des problèmes d’organisation, merci de réserver au 06.51.11.14.86 (par texto) ou sur
penatristanespigue@gmail.com
À bientôt au Sambuc avec Tristan!

Le: 22/05/18


Nîmes. Lundi. Sixième de Pentcôte. Matinée. Lleno. Corrida de rejones.

Toros et novillos (3º y 6º) de Carmen Lorenzo, le troisième excellent.

Pablo Hermoso de Mendoza, silence et ovation
Lea Vicens, oreille et oreille
Guillermo Hermoso de Mendoza, deux oreilles et la queue et palmas
En matinée, dans des arènes pleines et face à quatre toros et deux novillos (pour Mendoza hijo) de Carmen Lorenzo (Capea) donnant un jeu varié, sortie a hombros de Léa Vicens (porte des cuadrillas) et Guillermo Hermoso de Mendoza (porte des Consuls) qui faisait sa présentation…

Lundi soir, dernière de Feria.

Toros de Jandilla, le troisième comme sobrero, et un de Vegahermosa en sixième.

Thomas Joubert, oreille et ovation
Román, ovation après avis et vuelta;
Alvaro Lorenzo, palmas et oreille après avis.

Beau temps, environ 1/3 d’arène. Cinq toros de Jandilla plus un sobrero du même fer (3bis) et un de Vegahermosa 6), même maison, corrects de présentation et donnant un jeu inégal, allant du brave au manso.

Thomas Joubert (oreille et ovation), appelé à venir remplacer Paco Ureña, était très attendu et d’emblée, il se fit remarquer au capote avant deux piques de Mathias, la seconde pour la forme. Bon tercio de banderilles avec saluts de José Chacón et Ismael González puis brindis aux gradins suivi d’une belle entame par cinq statuaires pieds joints dans la « boca de riego ». Par la suite, il s’attacha à donner la distance sur plusieurs séries droitières, le passage sur l’autre rive s’avérant moins abouti. Estocade au second envoi après un essai infructueux a recibir. Le quatrième a été reçu de dos depuis le centre par tafalleras, puis applaudissements pour un second puyazo donné avec belle arrancada lointaine. Bon second tercio avec saluts de Mac Antoine Romero. La faena débuta à genoux puis suite appliquée marquée par quelques naturelles de face après un désarmé, le tout finissant de façon méritoire en mode encimista… avant que le toro ne s’affaisse au moment de cadrer ! Pinchazo et entière.

Román (saluts et vuelta) s’anima au capote par deux largas agenouillées et après deux rencontres sans histoire et une competencia au quite avec Lorenzo, il brinda au public une faena débutée genoux sur le sable, poursuivant par échanges ajustés, sans toutefois trop s’engager. Final au plus près par bernardinas serrées puis pinchazo, entière et descabello. Le quinto se signala au cheval et après un bon second tercio, Román s’engagea dans un trasteo bien cadencé qui fit réagir les étagères parfois bien incapables de se départir d’une certaine torpeur. Face à ce quinto bueno, le Valencian signa quelques bons enchainements, notamment à tribord, avant que les choses ne commencent à baisser quelque peu jusqu’aux manoletinas finales avant entière tombée. Pétition en mode 50/50 non suivie d’effet.

Alvaro Lorenzo (saluts et oreille), tout auréolé de son triomphe isidril, eut l’infortune de voir son premier client rapidement prié de réintégrer le bercail, suite à une faiblesse caractérisée. Sortit à sa place un sobrero du même fer qui provoqua un batacazo sur le premier assaut avec blessure peu grave - coupure à la lèvre - de l’équidé. Vuelta de campana puis second tercio médiocre, brindis à l’auditoire, Álvaro étalant ensuite de beaux gestes sans toutefois toujours parvenir à trouver le bon tempo face à un adversaire aux forces limitées. Il se reprit bien après un désarmé puis en termina par séquence rapprochée avant entière. L’ultime, du second fer de la casa, afficha d’emblée ses intentions de prendre la tangente, mesurant longuement les planches et semant un beau désordre dans une cuadrilla en panne de solutions, ce qui provoqua quelques longueurs et approximations dans le film ! Long à placer au second tercio, il s’échappa souvent par la suite jusqu’à ce que Lorenzo finisse par le retenir au cours d’un trasteo qui dès lors changea de physionomie. La faena alla a más par la détermination du torero et le manso finit par se livrer, ce qui releva un final qui en avait bien besoin. Entière caída.
Textes Paul Hermé



Le: 21/05/18
 1  2  3  4 ... 2203  2204  2205  »