Visiteurs: 1062008
Aujourd'hui: 357
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

MIMIZAN, EL FANDI ET TOMAS CAMPOS A HOMBROS

  


photo V Serrano

Arènes de Mimizan : corrida des Fêtes 2018
6 toros de Loreto Charro, les cinq derniers bien présentés et armés, les deux premiers de peu d'intérêt, nobles les deux suivants et plus compliqués les derniers pour
El Fandi : silence : un avis et deux oreilles (la seconde généreuse)
Juan del Alamo : un avis et une oreille, un avis et salut
Tomas Campos : une oreille, un avis et une oreille
Vuelta très généreuse au quatrième qui n'a pris qu'un léger picotazo
Onze piques, cavalerie Bonijol
Président : Didier Godin
Soleil et vent frais
Deux tiers d’arène
Comme le Vesoul de Brel, ceux qui sont venus à Mimizan pour voir du Fandi , ont vu Fandi. A savoir un bon tercio de banderilles au premier , un grand tercio au second et des faenas de pueblo, superficielles , marginales et qui toréent plus le public que le toro. Cela fait sourire quand le toro est de peu d'intérêt comme le premier. Cela fait grincer des dents les aficionados quand le toro a plus de potentiel et d'intérêt comme le noble et collaborateur quatrième. Le public a fonctionné avec le torero, sic gloria mundi.
Juan del Alamo , mal servi par le sorteo, a fait une faena technique au cinquième compliqué à droite mais a mal tué.
Il a coupé une oreille à un fade premier avec une tauromachie plus pueblerina qui ne lui convient pas.
Tomas Campos a su exploiter la noblesse du troisième avant qu'il n'aille à menos et coupe une première oreille.
Au sixième, le plus compliqué du lot, il s'applique, toréé avec beaucoup de courage et coupe une nouvelle oreille après un grand coup d'épée.


rt




“Bonfora”, novillo de Blohorn, logique vainqueur de la novillada concours de Saint-Gilles…

Beau temps, environ 2/3 d’arène.

Six novillos de diverses ganaderías avec par ordre de sortie : François André, Gallon, Blohorn, Jalabert, Malaga et La Paluna, meilleur le Blohorn qui a été crédité de la vuelta posthume et qui a remporté le trophée.

Adrien Salenc (silence aux deux) n’a pas dansé avec les plus belles. Le François André ne s’est pas livré dès sa sortie. Bien pris par Gabin sur le premier puyazo, il s’est avéré long à se décider à démarrer sur le second, se montrant ensuite avisé et de charge limitée. Adrien s’employa à arracher les muletazos lors d’une faena de tanteo qu’il finit par abréger, et pour cause. Entière. Le Jalabert est sorti avec une pointe abîmée suite au débarquement, ce qui avait été annoncé préalablement au micro.

Il s’offrit une virée dans le couloir avant deux rencontres, ce dont il se ressentit par la suite. Brindis à l’assistance et début à genoux pour deux muletazos avant de se relever. Par la suite, le bicho n’a pas cessé de protester bruyamment, plaçant Adrien sous la menace sans qu’il ne puisse lier les muletazos malgré ses ganas et sa ténacité. Une tarde à oublier pour le novillero qui en outre sécha avec les aciers. Otra vez…

Diego San Román (oreille et saluts), tout auréolé de son triomphe biterrois, a débuté avec un Gallon avec lequel il put exécuter quelques muletazos applaudis. Bien pris au cheval puis assez long à se décider pour une deuxième visite, le novillo s’avéra plus tard noble, mais avec le bémol de forces réduites et d’un manque d’allant que le Mexicain compensa par une torería artistiquement aboutie. La suite propre, mais sans émotion, puis deux manoletinas à genoux avant un coup de canon sin puntilla. Avec le quinto, de Malaga, Dizego ouvrit le débat par capotazos genou ployé avant deux bonnes piques de Tito Sandoval, la seconde en partant de plus loin. Bon quite de Rafi puis brindis à l’auditoire d’un trasteo débuté par doblones dynamiques et poursuivi par derechazos valeureux face à un opposant lui donnant une réplique âpre qui requérait un bagage déjà bien étayé. Diego ne lâcha pas vraiment l’affaire, sans pouvoir pour autant totalement s’imposer. Autre espadazo.

El Rafi (vuelta et silence) est passé très près d’un beau triomphe, mais le maniement de la rapière en a décidé autrement. Il eut d’abord en partage le lauréat de l’épreuve, un Blohorn bien roulé qui ira deux fois au cheval en se signalant sur le premier assaut. Brindis au public suivi de plusieurs séries droitières ajustées, profitant de la bonne charge du novillo, avant une suite variée qui transmit sur les étagères. Las, après plusieurs adornos inspirés, Rafi sécha à la conclusion qui se solda par entière au troisième envoi. Vuelta au novillo.

L’ultime, de La Paluna, manifesta rapidement son inclinaison pour l’abri des planches, sortant seul du cheval à trois reprises. Mais surprise, après avoir semé la pagaille au second tercio, conclu toutefois par une bonne paire de José Gomez, le manso consentit à suivre le leurre, ce qui permit au Nîmois d’exécuter un trasteo agréable, bien cadencé et égrené de gestes élégants, ce qui finit par faire penser que ça pourrait lui valoir un triomphe, à condition que… la ferraille vienne à point nommé parachever son œuvre ! Hélas, c’est l’inverse qui se produisit, les pinchazos se succédant en même temps que la désillusion du novillero et de ses partisans augmentait…

Paul Hermé torofiesta.com

pierre Le: 19/08/18


Málaga . Feria de Agosto. quatre toros de Juan Pedro Domecq, un de La Palmosilla(1º ter) et un de Parladé (6º ) vuelta al ruedo au quatrième. Enrique Ponce, oreille et deux oreilles avec un avis; José María Manzanares, silence et ovation; Roca Rey, deux oreilles et oreille avec un avis. Entrée: lleno.
Bilbao. Corridas Generales. QuatrE toros et deux novillos (3º et 6º) de Herederos de Sánchez et Sánchez. . Pablo Hermoso de Mendoza, silence et ovation; Lea Vicens, oreille et oreille; Guillermo Hermoso de Mendoza, ovation et ovation avec un avis. Entrée: Deux tiers


Cuenca. Feria de San Julián. Toros de Cebada Gago Joselito Adame, silence et silence; Pepe Moral, silence et silence avec un avis;Aitor Darío “El Gallo”, (alternative) oreille et silence. Entrée: Deux tiers
Ciudad Real. quatre toros de La Dehesilla et deux de José Luis Pereda (2º et 6º) . Daniel Luque, oreille et deux oreilles; Emilio Huertas, oreille et ovation avec un avis; Álvaro Lorenzo, oreille et deux oreilles. Entrée: Un quart .
Guijuelo, (Salamanca). Toros de Herederos de Sánchez et Sánchez ‘rejon) et de Vellosino . Diego Ventura, ovation, oreille et oreille; El Juli, oreille, oreille et oreille.
Tafalla, (Navarra). Toros de Couto de Fornilhos et Santa Teresa. Esaú Fernández, silence avec un avis et oreille; Alberto Gómez, palmas et silence avec un avis; Filiberto, palmas et oreille.
Valverde del Camino, (Salamanca). Toros de Sobral. Curro Díaz, ovation et silence; Manuel Escribano, ovationen ambos; David de Miranda, ovation et ovation.
Almorox, (Toledo). Toros de José Luis Marca. Sánchez Vara, oreille et vuelta al ruedo; Damián Castaño, silence et vuelta al ruedo; Gómez del Pilar, deux oreilles et silence..
Saint-Gilles, (Francia). Concours de ganaderías. Novillos de François André, Hnos. Gallon, Bruno Blohorn, Hnos. Jalabert, Málaga et La Paluna. Adrien Salenc, silence et silence; Diego San Román, oreilles et ovation; El Rafi, vuelta al ruedo et silence.
Vuelta au Blohorn , vainqueur du concours
Entrée: Media plaza.
Sigüenza, (Guadalajara). Novillos de El Cotillo. Víctor Hernández, deux oreilles et oreille; Álvaro Sánchez, oreille et oreille.
Cazalla de la Sierra, (Sevilla). Novillos de Santiago Domecq. Ana Rita, deux oreilles et deux oreilles et rabo; Sebastián Fernández, oreille et deux oreilles; et Alejandro Rodríguez, vuelta al ruedo et oreille. Avec les forcados Arruda Deux Vinhos.
Macotera, (Salamanca). Astados de Hnos. Mateo. Raúl Martín Burgos, oreille et deux oreilles; Iván Magro, vuelta al ruedo et deux oreilles.
Valverde del Júcar, (Cuenca). Festival. Novillos de Martín Blanco. Ángel Puerta, deux oreilles; Mario Sotos, deux oreilles; David Martín, oreille; Asier Henche, deux oreilles.
Mombeltrán, (Ávila). Festival. Novillos de La Guadamilla. El Fundi, deux oreilles; David Luguillano, oreille; Uceda Leal, deux oreilles, Rafael Cerro, deux oreilles et rabo; Darío Domínguez,palmas.

thierry Le: 19/08/18

Trois grandes férias se sont déroulées autour de ce qui est, pour nous, le week-end taurin le plus chargé : Béziers, Dax et Saint Sébastien –qui se situe à quelques kilomètres de la frontière. A cela il faut ajouter la novillada isolée de Millas et la corrida du 15 août de Bayonne. Le public s’est maintenu –autour de 30 000 spectateurs quotidiens- et le résultat artistique a été positif. Juan Bautista dans son solo dacquois, Enrique Ponce Roca Rey et El Juli à Illumbe, Gines Marin à Dax –avec un indulto polémique- ont largement justifiés leurs prétentions. Enfin nous aurions garde de ne pas oublier le départ de Padilla, sujet à de justes débordement d’affection partout où il est passé. Tous ceux-là accompagnent nos pérégrinations depuis longtemps. Il est bon de revenir sur trois noms moins connus qui représentent la jeunesse et par conséquent l'avenir et qui se sont imposés par leurs mérites propres durant cette semaine.


Juan Leal en premier lieu. Nous nous étions émus son exclusion de la féria de Dax, sa ville d’adoption. Il n’avait pas été prévu au départ ce qui avait provoqué de justes protestations mais il avait une nouvelle opportunité pour la corrida de Pedraza en raison de la « baisse » de Rafaelillo. On lui préféra Octavio Chacon. Le 15 août en coupant trois oreilles à Béziers devant une corrida du même élevage, Juan a fait une démonstration indiscutable : il avait largement sa place à Dax et nous avions raison de le souligner –sans esprit de polémique. Juan s’impose comme le torero dont l’aficion française a besoin. Le torero de la relève après Juan Bautista et Sébastien Castella. Son courage, sa volonté, la fidélité à son concept d’un toreo engagé en fait la grande révélation de la saison. C’est le choix du public, des aficionados. Un choix qu’il s’est gagné que les organisateurs se doivent de respecter. Ce sera le cas à Bilbao et Bayonne,


Tomas Campos, c’est le second nom. A Dax, lors de la corrida de l’Agur, il a coupé une oreille « importante ». Il aurait pu en couper une seconde dans cette corrida délicate à gérer s’il n’avait pas « fracassé » au descabello. Lisons le commentaire de Zocato dans Sud-Ouest. : «rien de brusque ni de sec dans tous ces muletazos qu’il nous suggère, dès le suave envol du tissu ». Et il ajoute : « très vite ce modeste matador devrait occuper un rôle important dans la tauromachie ». Nous le reverrons samedi à Mimizan. Sur la « perle de la côte d’Argent », il avait brillé l’an dernier. Là aussi nous avions découvert le courage de lion de Juan Leal. Associés, ces deux-là feraient un duo sensationnel ; ce sera pour une prochaine fois.


Enfin, il faut saluer aussi le succès du novillero André Lagravère « El Galo » : Trois oreilles en deux jours, la première à Millas, les deux autres à Béziers. C’est une belle performance qui fait taire le scepticisme à son égard. Scepticisme que nous ne partagions pas et que les observateurs attentifs de Soustons auraient dû abandonner. André a de beaux atouts. Franco-mexicain, il possède les qualités des toreros de la péninsule aztèque où il a fait ses classes et d’abord le courage. Ensuite, lui aussi a une idée claire du toreo qu’il nous propose. Il est basé sur l’originalité, l’élégance, la variété ; cela nous changent des « pegapases » sans âme qui se contentent des figures imposées. Ces qualités nous les avions détectés dès ses premières et rares apparitions en non-piquées (à Castelnau-Rivière-Basse par exemple). Elles sont désormais avérées et on ne saurait en faire l’impasse.

Cette nouvelle génération connaîtra des hauts et des bas car la route n’est pas facile mais elle a notre estime et elle mérite notre soutien. Place aux jeunes!
Pierre Vidal

Photos ELSA VIELSEUF (www.mundotoro.com, arènes de Dax, Paul Hermé www.torofiesta.com

thierry Le: 19/08/18
Pour la novillada concours de Saint Perdon le 25 août on annonce un changement sur le site de la Muleta: "suite à un incident au campo, nous sommes dans l'obligation de changer le novillo de la ganaderia PUERTO SAN LORENZO, il est remplacé par le n°153 "CUBA".



http://www.lamuleta.net/2018/08/changement-de-novillo.html



pierre Le: 18/08/18

JUANITO blessé est remplacé par Kevin de LUIS. Le cartel est ainsi composé Maxime Solera, Aquilino Giron et Kevin de Luis. Novillos du comte de la Maza.


Photo JUAN FLORES


pierre Le: 18/08/18
 1  2  3  4 ... 1594  1595  1596  »